Ys 3 wanderers from ys

ys-3-banYs 3

Wanderers from Ys

SUPERNES (1991)

Editeur : Tonkin House Développeur : Nihon Falcom

Side scrolling Action RPG 

 Je griffe: plus linéaire qu’une droite. Trop facile.

Je ronronne: l’ambiance.

Troisième épisode des ys, action rpg vu de haut. Wanderers from ys tente le changement.

Adol Christin le héros de la série, passe par une aventure se détachant du gameplay original pour s’aventurer sur des terres biens étranges.

ys3-09

Dogi et Adol sont des compagnons de route. Au milieu d’un marché de province, une diseuse de bonne aventure prédit à Dogi un grand malheur sur sa ville natale: Redmont.

Tous deux inquiets, ils décident de s’y rendre et découvrent que la population à besoin d’aide.

ys3-08

Ça tombe bien: Adol n’ avais rien a faire d’autre, c’est certainement son manager qui lui a trouvé un nouveau contrat.

On nage dans le plus grand classicisme voir dans l’intro prétexte pour nous plonger un peu facilement dans l’aventure, genre: j’ai trouvé une épée, j’ai vu de la lumière oh, une princesse en danger!

Assez maladroitement donc, on se retrouve engagé dans l’histoire avec des monstres qui attaquent les habitants et donc un boss à aller calmer histoire de voir qui c’est qui a le diplôme de bretteur avec mention. C’est moiiii!… Enfin c’est Adol.

C’est beau un héros!, dévoué au point de sauver la ville d’un ami comme ça pour passer le week end.

ys3-06

J’espère que c’est une mauvaise traduction qui est la cause de toute ces carences de scénario et que la version japonaise possède une histoire digne de ce nom.

Adol part donc relever ce défi. Une fois sorti de la ville, une carte représente la région, les différents endroits du jeu se débloquant au fil des péripéties . ys3-04

Le gameplay de ys est transposé en vue de coté dans un style plates-formes très linéaire. Pas de chutes mortelles possibles le danger venant des ennemis, l’ennui aussi.

Les créatures avancent soit suivant un parcours de quelque pas et retournant sans cesse au départ où bien pour certaines en traversant l’écran d’une direction à l’autre sans se soucier de notre présence. Eh oh, les amis je suis la! Non? Bon, tant pis.

ys3-01

En pressant le bouton d’attaque, notre bretteur donne des coups d’épée automatiquement à une fréquence élevée.

Adol peut rester en place indéfiniment à un endroit où les ennemis arrivent et les dégommer sans fin, le niveau d’xp et d’or montant sans autre effort.

A ce stade ce n’est plus du leveling, le challenge consistant à rester éveillé pour ne pas lâcher la manette.

ys3-05

Vingt-cinq niveaux plus tard et avec tout l’équipement acheté on peut continuer l’aventure et pulvériser n’importe quel monstre instantanément.

Notre intérêt n’est absolument pas de faire ça, mais comme le jeu demande de faire du leveling (monter son niveau d’expérience ) à certains endroits il faut vraiment en vouloir pour garder l’envie de jouer car il n’y a plus de challenge. Par endroit c’est juste impossible si on n’a pas le niveau alors pouf, level!

Pour ajouter à notre malheur, les mondes traversés sont très linéaires. On avance souvent en ligne droite sans même être ralenti par la faune hostile et les boss sont à peine plus difficiles.

ys3-02

Le système d’anneaux augmentant nos capacités, vient finir d’achever la difficulté du jeu.

On regarde d’un œil distrait l’histoire palpitante qui se déroule sous nos yeux.

Les décors sont assez beau et variés, tant mieux, on a tout le temps de les admirer.

ys3-07

Les musiques sont nerveuses et rythmées ce qui est également salutaire pour notre éveil, ys 3 malgré son ambiance étrange et réussie se révèle plat et sans saveur.

A voir uniquement pour le fan hardcore de l’épopée des ys, bof bof.

ys3-03

D’accord ou pas avec cet article n’hésitez pas a laisser un commentaire.

Kapuss.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>