final fight

 final-fight-ban

final fight

cp system (arcade) 1989

 Développeur : Capcom

beat them all

Je ronronne: de la baston jouissive et efficace

Je griffe: un peu répétitif quand même

An de grâce 1990.

Passant mon temps libre à errer dans les salles d’arcade, j’usais à cette époque, mes grolles sur des routes douteuses reliant chaque salle pour y voir la magie des pixels sans cesse renouvelée.

Entré donc un jour, dans un de ces endroits, un jeu attire mon regard.

Filtrant à travers l’épaisse fumée de la sordide boutique à aspirer la monnaie des djeuns, un écran scintille de mille feux, faisant briller les yeux des curieux qui s’y attardent.

Un grand baraqué à moustache, attrape alors un gars et, dans un mouvement tant abusé qu’il en devient poétique, le retourne dans les airs pour le fracasser sur le bitume dans un marteau pilon virilement dévastateur.

final-fight10

D’un seul coup, le reste de monnaie qui dort tranquillement au fond de mon portefeuille émet un halo qui éclaire la salle d’arcade, guidé par ce signe, je le sors, découvrant que le grondement sourd environnant vient lui aussi de cet artefact doré.

Je le présente fébrilement à l’endroit marqué « insert coin »et, d’un geste habile, car d’une grande habitude, je mets la pièce dans la machine.

Bon… j’ai pris une tannée, mais quand même, ce fut une expérience des plus excitante.

Final Fight de Capcom, est le jeu d’arcade, la légende, le GRAAL du beat em all:

Des graphismes détaillés et emprunts d’un certain réalisme (rappelons l’époque).

final-fight9

Des personnages nombreux, prenant un tiers de l’écran, des couleurs qui nettoient la rétine.

Une animation pêchue, des bruitages agressifs, une musique qui fait cracher les

enceintes.

De la baston de rue, contre des hordes de punks et de zonards bodybuildés, prêts à en découdre.

Trois personnages charismatiques, avec une étendue de coups qui leur est propre.

final-fight11

Un bouton de saut

Un bouton pour les coups

Deux personnages jouables en même temps.

Des camions de sprites haineux et vicieux qui n’ attendent que vos coups de tatanes pour s’épanouir dans leurs ruelles sombres.

La recette du bonheur !

 

Le scénar tient sur un timbre poste:

  1. Méchants enlever fille.
  2. Gentils frapper méchants pour sauver fille.
  3. Yaargggg !

final-fight

ze jeu à deux!

Le jeu est incroyablement jouissif à deux, le plaisir est immédiat.

Aller dézinguer du toxico nerveux à grands coups de barre de fer, quoi de plus sympa à partager avec un pote, non?

Malgré le peu de coups disponibles, la réalisation transmet tant d’énergie qu’on a une impression de puissance qui nous gagne et le démasticage de groupe devient un défouloir sans pareil.

Guy, le petit dragon du groupe, clone de Bruce Lee, est une merveille à joueur tant l’impact de ses coups est palpable.

final-fight6

final-fight7

t’as palpé là ?

 

Haggar le catcheur travaille avec la finesse du bulldozer: tout en puissance et en pantalon de velours.

final-fight2

final-fight1

premièrement: câlin…

final-fight3

et hop !

 

Cody l’expert en art martiaux rassemble rapidité et efficacité dans un cocktail de coups de pieds sautés et bourre-pifs nerveux.

final-fight4final-fight5

Le jeu consiste en une enfilade de lieux à traverser, séparés en niveau avec boss à la clé.

La version Super Nintendo est très correcte techniquement mais mérite de brûler en enfer tant elle a perdu son âme dans l’adaptation: Guy n’est plus disponible, les filles ont disparu et surtout: On ne peut y jouer qu’à un.

Oui vous avez bien lu, un seul joueur sur un jeu dont l’essence est le mode deux joueurs.

Non, Final Fight doit se savourer à deux !

final-fight12

C ‘est comme se faire une fondue tout seul, ça va pas non ?

Enfin voilà, bien que simple d’accès et de scénario, avec un Gameplay limité mais terriblement efficace, le titre traverse les ages, et les dents volent toujours plus haut dans les rues dévastées.

Un classique, dans le bon sens du terme, à jouer, et à partager…final-fight8

Kapuss.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>